Les Plus Lus

  • San Salvadour

    Les rivages à pic descendent à la mer. Leurs sommets, rafraîchis par un zéphyr amer, Portent tout un fouillis de grands bois ou d’arbustes ; Lentisques, châtaigniers, pins verts, chênes augustes ! La nature a […] Plus

  • Pulchra Nimis

    Dans la rade où se joue une brise odorante, Aujourd’hui je voguais, au retour de Sorrente. Je rapportais à Naples un radieux butin, Un beau thyrse de fleurs écloses du matin, Merveilles de ces bords, […] Plus

  • Oui, j’aimai, je chantai

    A madame Élyse de G*** Oui, j’aimai, je chantai, dès ma saison première, Ce fluide élément, Ces espaces d’azur où l’âme, heureuse et fière, Plane si librement. Oui, le mouvant tableau de cette onde où […] Plus

  • Nostalgie

    Encore un jour de brume, encore un jour de pluie, Un jour de solitude au coin d’un pâle feu ! Depuis un mois, Paris qu’aucun soleil n’essuie Grelotte, et, l’œil tourné vers ses toits noirs […] Plus

  • Falaises de Normandie

    « Voulez-vous de la mer connaître un vrai miracle, Disait-il; voulez-vous contempler un spectacle Que le poète ému cherche d’un pas fréquent ? Partez un jour, gagnez les côtes de Fécamp ; Sur la grève […] Plus

  • Les rameurs d’Ulysse

    En vain la nuit s’écoule, en vain le ciel se dore Des premiers doux rayons de la déesse Aurore, Sur la mer poissonneuse ils sont toujours errants. De leurs bras fatigués, rameurs assis en rangs, […] Plus

  • A Franz Liszt

    Sous quels cieux nouveaux, ô mon grand artiste. Ta sonore tente a-t-elle émigré ? Moi dont l’amitié te suit à la piste, Je reviens, ce soir, solitaire et triste, Revoir un doux lieu par toi […] Plus

  • Le pèlerin

    C’est le même sentier qui longe la colline : L’yeuse encore y pousse et la fraîche aubépine ; Et l’air qu’on y respire aux lisières du bois Brille aussi transparent, aussi pur qu’autrefois. Autrefois !… […] Plus

  • Le phare

    Parmi les noirs brisants où le flot tourbillonne, Le phare vers la nue élève sa colonne. Pilier de blocs massifs qu’unit un dur ciment, Il surgit, solitaire, ainsi qu’un monument. Des vagues, à ses pieds, […] Plus

  • Le mousse

    Depuis de longs jours, l’ouragan qui gronde Va nous emportant sur l’Océan noir, Bien loin de la rive où je vins au monde, Pour des maux que nul n’eût osé prévoir. Le mât du vaisseau, […] Plus

  • Maturité

    Jule ! Heureux compagnon, dont le style aux beaux jours Ne respirait que joie et que folles amours, Sais-tu que maintenant ta prose, ô mon artiste, Exhale un son nouveau qui m’étonne et m’attriste ! […] Plus

  • Le lit de sable

    Ô flots ! De votre voix profonde, intarissable, Bercez un vieil ami revenu de si loin. Dans ce lit que mes mains ont creusé dans le sable, Donnez-moi, donnez-moi la paix dont j’ai besoin ! […] Plus